Nous contacter Se connecter à l'extranet

Stratégie du Conseil de l’Europe pour les droits de l’enfant

Europe et droits de l'enfant

Au début de l’été, le Comité des Ministres du Conseil de l’Europe a adopté le 2ème rapport de mise en œuvre de la Stratégie pour les droits de l’enfant (2016-2021), qui couvre la période allant de juillet 2017 à décembre 2020.

Le rapport présente un aperçu des progrès réalisés par les États membres dans le domaine des droits de l’enfant et des informations sur les actions et les réalisations du Conseil de l’Europe dans chacun des cinq domaines thématiques de la stratégie (égalité des chances pour tous les enfants, participation de tous les enfants, une vie sans violence pour tous les enfants, les droits de l’enfant dans l’environnement numérique).

De nombreux progrès ont été réalisés au cours des trois premières années de la stratégie du Conseil de l’Europe pour les droits de l’enfant (2016-2021). À ce stade, les domaines prioritaires et les actions spécifiques identifiés ont résisté à l’épreuve du temps, illustrant la transversalité de la stratégie et l’impact des efforts de coordination et d’intégration tant au sein de l’Organisation que dans les États membres. Dans l’ensemble, la situation des enfants et de leurs droits dans les cinq domaines prioritaires s’est améliorée dans une certaine mesure.

Le rapport souligne que la vision et les domaines prioritaires de la Stratégie restent pertinents et appropriés et répondent aux besoins et aux priorités des États membres. Il identifie également les développements concrets où le respect et la mise en œuvre des droits de l’enfant restent en deçà des obligations définies par les normes mondiales et du Conseil de l’Europe et appelle à une intensification des actions dans ces domaines.

Le Comité directeur pour les droits de l’enfant continuera à superviser la mise en œuvre de la stratégie tout en lançant des travaux pour l’élaboration d’une nouvelle stratégie au-delà de 2021 et pour la prise en compte des implications pour les enfants et leurs droits à la suite de la pandémie COVID-19.